Skip to content

Sur la piste du chocolat maya au Belize

Ce texte fait partie du cahier spécial Plaisirs

Connu pour avoir été au coeur de la civilization maya en Amérique centrale, ce enchanting petit pays qu’est le Belize a beaucoup à nous apprendre sur la savoureuse histoire du cacao.

When parle de chocolat, on thought souvent à la Suisse, à la Belgique or à la France. A peu moins au Belize. Pourtant, this Anglophone enclave of central America, positioned in a poche mouchoir within the south of Mexico and within the east of Guatemala, is taken into account the “berceau du chocolat” after it was already found, south of the Colha archeological web site , from cocoa residues from the fonds of Mayan potteries relationship from 2600 years in the past.

Sensible architects, savants astronomers and redoutable warriors, the Mayas ont aussi été parmi les premiers à découvrir les vertus du fruit du cacaoyer, properly forward of the arrival of the conquistadors. Pour ces seigneurs de la jungle, boire du chocolat était considéré comme un cadeau des dieux. Symbole d’abondance et de volupté, le divin breuvage était ainsi réservé, pour les grandes events, à une poignée de hauts dignitaires trônant au sommet de la pyramide.

De l’or en feve

Pour le commun des mortels, les fèves de cacao séchées servaient de monnaie d’échange afin de s’offrir divers biens et companies, et de s’acquitter de certains taxes. Au fil du temps, the ancestral devise has misplaced the valeur qu’on lui accordait à l’âge d’or des rois Mayas. Mais les héritiers de l’ancienne civilization de Méso-Amérique consomment encore le chocolat comme le faisaient leurs illustries ancestors.

C’est le cas des femmes de la famille Coc qui se transmettent les vieilles recettes de mère en fille, et s’attachent à perpétuer les traditions au sein de leur group Indian Creek Maya Arts Girls’s Group. Points du peuple q’eqchi’, communauté maya très presente dans les luxuriantes montagnes du Belize, Avelina, Isabela et Rosa font rôtir les fèves de cacao au feu de bois, avant de les décortiquer patiemment à la primary et de les passer au métate.

Cette meule de pierre, qu’on offrait autrefois en cadeau de mariage, permet de transformer le cacao en poudre, à la power du poignet. Le fruit de ce dur labeur is ensuite mélangé à de l’eau chaude pour obtenir une boisson amère qu’on peut agrémenter de pimento ou de miel, suivant les goûts. Certains y ajoutent de la farine de maïs pour obtener un consistant breuvage à siroter avec des tortillas au chou cohune, préparées avec des coeurs de palmier.

A residing heritage

“Les Mayas ont toujours récolté le cacao pour le boire”, Julio Saqui, le truculent proprietaire of Che’il Mayan Chocolate, souffles me. « Ils ont été les primers à tamestiquer le cacao pour le consommer et l’utiliser dans leurs rituels. Encore aujourd’hui, dans certains régions reculées du Belize, il est de coutume, avant un mariage, de boire un bol de chocolat noir et épais pour aporter santé et prosperité aux futurs époux. »

Établi dans le district de Stann Creek, près de Dangriga, Julio Saqui fait partie de ces artisans qui se sont réapproprié le riche héritage du Belize en matière de cacao. L’époque où Hershey faisait primary basse sur les fèves du pays, pour en exporter la majeure partie en sous-payant les petits cultivateurs, est bel et bien révolue. After he put in the size of the Hummingbird Freeway that Dangriga relayed to Belmopan, the capital of Belize, the American multinational a plié bagage au début des années 1990.

Afterwards, a extra equitable type of commerce is slowly being developed. Primarily based in Toledo, la grande région du chocolat, Maya Mountain Cacao (MMC) is imposed as a modèle d’entreprise sociale. La cooperative belizienne collaborates aujourd’hui avec près de 350 fermes mayas, pour se fournir en feves biologiques rétribuées à leur juste valeur. MMC is charged ensuite by the fermentation course of which contributes to the cacao toute sa saveur.

The paradise of gourmands

In parallel, a very good douzaine of native corporations are launched in le chocolat bio et l’agrotourisme. À San Felipe, Juan and Abelina Cho provide the guided excursions of the leur domaine baptized Ixcacao, du nom de la déesse Maya du cacao et de la fertilité. In San Pedro, the Belize Chocolate Firm émoustille les papilles avec des carrés de chocolat dorés within the type of a Mayan temple, which fondent divinement dans la bouche.

Appâtés par le soleil des tropiques, Chris and Jo Beaumont quitté leur Grande-Bretagne pour s’installer sur la más grande île du Belize, Ambergris Caye, à la fin des années 1990. Mais il était bien difficile alors de trouver une barre chocolatee au pays. Ce qui a conduit le couple d’exilés accro à la théobromine à ouvrir, des années plus tarde, la Belize Chocolate Firm au coeur de la ville animée de San Pedro, où les voiturettes de golf sont reines.

Leur boutique is changing into an étape incontournable sur les circuits gourmands that proposes to find the culinary richesses of a rustic aux a number of saveurs, Amerindians, Afro-Caribbeans and Creoles. Déjà très populaire auprès des mordus de plongée attirés par sa grande barrière de corail, l’ex-Honduras britannique s’est aujourd’hui taillé une place de choix dans le coeur des foodies. Des aventuras d’aventures gustatory qui se lancenten avec délectación sur la piste du chocolat, jusque dans les fermes du sud du Belize.

From the ferme to the pill

This particular content material is produced by the group of particular publications du Devoir, related to advertising and marketing. The redaction du Devoir n’y a pas pris half.

See in video

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *