Skip to content

SERIE. Les Tarn-et-Garonnais de l’année : Françoise Roch, syndicaliste passionnée, defend the fruit growers

l’essentiel
Neuvième volet de notre série pour élire le Tarn-et-Garonnais ou la Tarn-et-Garonnaise de l’année. Aujourd’hui, portrait of Françoise Roch. Rien ne la prédestinait à l’arboriculture, encore moins à changing into president of the Syndicat Nationwide des Producteurs de Fruits (FNPF). C’est pourtant elle qui férocementmente les intérêts de la filière au cœur d’une année 2022 particulièrement difficile.

Rares sont ceux qui s’aventurent dans le monde agricole sans and être nés. Encore plus rares are les femmes who suivent ce chemin et réussissent. Françoise Roch est un peu tout ça. She is the president of the Fédération Nationale des Producteurs de Fruits.

An unbelievable parcours pour celle qui a grandi loin du Tarn-et-Garonne et de son bassin fruitier, trimballée au gré des affectations de son père, militaire.

“Je suis Corse” explain-t-elle dans un sourire. «Je suis arrivée sur le continent pour mon BTS arboriculture, en 1984. Je rêvais d’avoir mon exploitation, mais ça paraissait unimaginable pour quelqu’un qui n’a pas de terres. » Près de quarante ans après, la voilà pourtant à défendre face aux ministeres les intérêts d’un secteur lourdement impacté par les températures extrêmes que ont rythmé 2022, et par l’inflation gallopante que fragiliza les producteurs.

Lorsqu’elle déroule le fil de ses dénières décennies passedées à Moissac, se dessine l’histoire d’une femme determinée, d’une chief. Dès 1988, lors de son embauche de ella en tantant que technicienne chez le groupement de producteurs Moissac Quercy Gascogne, elle affirme son âme de gestionnaire. «Le patron en avait marre de travailler avec des hommes. Je me suis retrouvée à conseiller une trentaine de producteurs locaux » explain-t-elle.

Additionally learn:
Élisez le Tarn-et-Garonnais de l’année 2022

Le vrai tournant arrive pour elle en 1995. Cette année-là, Françoise Roch reçoit une proposition qui la fait entrer definitivement dans le petit monde des producteurs fruitiers du Tarn-et-Garonne. Elle rachète les elements du GAEC de Labarthe avec une amie, puis un troisième associé dans la foulée.

atypical exploitative

« J’avais peur de m’engager là-dedans, peur du manque de sécurité financière, et peur que l’on soit deux femmes à se lancer » se remémore-t-elle. « C’était completely atypical, automobile en plus d’être deux femmes dans ce milieu, nous n’étions pas de la même famille. »

L’arboricultrice décrit « une exploitation typique des coteaux de Moissac, avec des cerises, des pommes, des poires, des prunes et du raisin de desk. » Déjà, les situations climatiques jouent des excursions, et « en 1995, I misplaced 80% of our harvest because of the grêle. Les années quatre-vingt-dix ont globalement été très dures pour moi. ».

After six years of labeur au milieu de ses vergers, she avoue « tourner en rond ». À Moissac, the publish of president of Quercy Soleil is launched, et c’est Françoise Roch qui est appealée à la rescousse. « On me dit : « tu sais parler, tu fais consideration aux gens autour de toi, et tu n’es pas vraiment du cru ».

Elle accepte, et contribue à la bonne santé de Quercy Soleil jusqu’à son depart en 2020. Ce poste de premier plan lui donne une nouvelle visibilité.

Forte of her experiences, she bought a foot within the syndicalism in 2015, lorsqu’on l’approche to change into the consultant of the Tarn-et-Garonne to the Fédération Nationale des Producteurs de Fruits. « On m’explique que c’est seulement cinq ou six réunions par an… je dis oui. »Quickly, she took on the jeu de cette nouvelle vie, telling her that her pairs the plebiscitent to tackle the tête du syndicat in 2020.

se rendre utile aux autres

Peu habituée à étaler sa vie, Françoise Roch a la pudeur de ceux qui aiment œuvrer pour les autres. Au-delà de son attrait évident de ella pour le travail de la terre, c’est son sens de ella du collectif de ella qui lui a permis d’en arriver là.

«Foncièrement, ce n’est pas pour rien que j’ai travaillé comme technicienne. J’aime accompagner, conseiller les gens, leur contributer des options », analyze-t-elle. Sa nouvelle vie de syndicaliste de premier plan lui a ainsi permis de « trouver quelque selected où [se] make helpful. Le syndicalisme, c’est être à l’affût de ce qui se prépare. C’est d’autant plus essentiel avec le gouvernement actuel, qui tranche seul, sans écouter les corps intermédiaires », explica-t-elle ella.

Habituée à répondre aux médias nationaux, la Moissagaise est aujourd’hui une professional de la bonne phrase qui fait mouche, et le met au service de sa trigger. « Ce que l’on ne comprend pas dans le secteur, c’est la gestion politic de l’agriculture. C’est le « en même temps ». On veut jongler entre d’un côté le respect de la biodiversité et de l’écologie, et de l’autre une politique libérale, déplore-t-elle. On our discuss souveraineté alimentaire, on we are saying « pas d’arrêt des phytos with out options », sauf qu’on ne met plus d’argent dans la recherche depuis des décennies… touch upon est censé trouver des options comme ça ? »

Malgré un contexte chaque année plus tendu pour la filière arboricole, Françoise Roch ne semble pas prête à s’arrêter. Au FNPF, elle brigue meme un nouveau mandat. Her ardour is unbroken, her dedication additionally. « Quel pays on veut pour le futur ? A pays en friche? Si je fais tout ça, c’est pour la France de demain. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *