Skip to content

Les nouvelles applied sciences révolutionnent le monde, mais est-ce ce dont le monde a besoin?

Nevertheless, au sein de notre société, il semble difficile de determinar si ce monde de demain est souhaitable ou pas. D’un côté, un camp pense que les nouvelles applied sciences will mener la société vers un âge de prosperité et d’abondance. De l’autre, ces mêmes applied sciences sont perçues comme des risques d’aliénation qui vont nous mener vers l’effondrement. Pourtant, who suivi a cours d’initiation au génie logiciel is able to voir that ce dilemme n’en pas un et que cette query est, au fond, mal posée. Peu connu du grand public, ce terme de génie logiciel designate l’ensemble des méthodes de travail et les bonnes pratiques des ingénieurs qui developpent des logiciels. À l’opposed du mythe des deux codeurs/prodiges révolutionnant le monde depuis leur storage, cette self-discipline en constante évolution depuis les années 70 suggest a corpus de connaissances permettant à des équipes d’informaticiens aux profils variés (du plus method au plus managérial) to grasp, to collaborate and to construct dependable and satisfying laptop techniques.

Et lorsqu’on découvre le génie logiciel, on tomb invariably sur un des principes fondamentaux parmi les 7 énoncés par David Hooker en 1996: se rappeler pourquoi on fait ce qu’on fait. Ce principe va même plus loin en nous définissant ce “pourquoi”: pour fournir de la valeur à qui utilisera le système développé.

creer de la valeur

Créer de la valeur pour un utilisateur, c’est avant tout se pencher sur ses besoins. Additionally, the essence of the software program genius is the decision of the issue: an individual or a corporation encounters the issue organizations or logistics and the software program engineers will analyze the issue, sift by way of the besoins and suggest an answer software program (a pc system) répondant complètement ou en partie) au probleme.

À l’inverse, créer des besoins ne génère de la valeur que pour celui qui a quelque selected à vendre. Cela peut même mener à une parte de valeur pour l’utilisateur. Prenons l’exemple du purchasing dans un supermarché… dans le métavers ! Equipé de son casque de réalité virtuelle et d’une manette émulant assez pauvrement l’expérience d’un membre préhensile, l’utilisateur peut catcher des produits, les manipuler et les jeter dans sa charrette virtuelle. If this expertise sembles ludique et innovante à première vue, l’phantasm d’une proposition de valeur pour l’utilisateur s’effondre rapidement si on la confronte aux besoins réels d’une personne en prepare de faire des achats en ligne : accéder rapidement à l’data, pouvoir s’interrompre et reprendre le purchasing facilement, ajouter un article à son panier au second où on se rend compte qu’il est manquant dans l’armoire, and so on.

Between technolâtre et technophobe

Cela doesn’t signifie aucunement that la réalité virtuelle is intrinsically mauvaise or ineffective. Cela means merely that ce cas d’utilisation particulier n’apporte no valeur ajoutée à l’utilisateur parce qu’il n’est pas en alignement avec ses besoins réels de él. Even so, that half, between the posture of technolâtre and celle de technophobe, there’s a place plus harmonieuse that sends data applied sciences as a greater man for our society, our corporations and our day by day lives. It’s not attainable to keep up this place, nevertheless, the situation of recognition that the quantity is to not an finish. Si l’apparition d’une nouvelle technologie a toujours un côté exaltant qui stimulate l’imaginación et fait naître une infinité de posibles, filtrer ces possibles pour ne garder que ceux qui en valent vraiment la peine est essential. Et pour cela, il suffit en fin de compte de garder à l’esprit un principe easy énoncé en 1996: se rappeler pourquoi on fait ce qu’on fait.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *