Skip to content

Immersion in Indian spirituality with Bingo Palace

Aussi n’est-il pas étonnant que toute dérogation à ce rituel soit épiée avec beaucoup d’consideration, raconté à l’envi par tous ceux qui ont eu la probability d’en être les témoins oculaires — et même les autres d’ailleurs … –, I commented and interpreted.

A départé precipité au volant de sa « Quotation » ne pouvait manquer d’attirer tous les regards et toutes les questions.

À la poste où elle s’est, de fait, dirigée, Cheval-Jumeau qui l’a vue consulter le recueil des avis de recherches, en déchirer surrepticement une web page, en faire une photocopie quelle a glissée très vite dans une enveloppe aussitôt jetée dans la boîte à lettres. Pas assez vite cependant pour que Josette n’ait le temps de lire la vacation spot sur l’enveloppe : Fargo, Dakota du Nord !

Ce n’est que plus tarde que tout a pu être enfin reconstitué: le passage dans une boutique où ella a acheté un cadre, le retour à son domicile où ella ya soigneusement instalé la picture chipée dans le registra à la poste, ladite picture qui figurait son fils, Gerry Nanapush, not too long ago incarcerated et dont c’était le portrait le most récent qu’elle avait de lui, et enfin, le destinataire de la missive, Lipsha Morrissey, son petit-fils, le fils de Gerry, celui dont tous les Chippewas étaient convaincus qu’il ne ferait rien de bon malgré les espoirs de Fleur Pillager qui voyait en lui son digne successeur, un garçon sorcier.

Et c’est vrai que, si des années d’études plus que satisfaisantes avaient pu, un temps, donner le change et l’espoir, Lipsha avait laissé passer ses possibilities dans des entreprises louches et avec des individus encore plus louches.

Pourtant, à la réception de la lettre de sa grand-mère, il a mis toutes ses affaires dans sa voiture, argent, radio, vêtements, livres, cassettes… et il est revenu à la réserve où il est arrivé pour le pow-wow d’hiver qui se tenait dans le gymnase où il s’est glissé parmi la foule qui ne l’a pas immédiatement reconnu comme l’un des siens. Mais il est revenu tout juste à temps pour voir sa cousine de él Albertine Johnson, danser avec une femme qui semble «acquire [ir] l’éclat de [sa] cousin [… le] reverberate [r et l’] éblouir» !

Aucun doute, sitôt arrivé, sitôt amoureux de Shawnee Ray.

Shawnee Ray qui doit bientôt épouser Lyman Lamartine, le demi-oncle de Lipsha, le «plus gros fromage de la reserve», a person who «a des mains dans tous les paniers et un nez qui flaire you mix them», un entrepreneur qui a tout fait, rusé, avec lequel Lipsha entertains an advanced relationship who ne va pas s’arranger avec ce soudain coup de foudre partagé avec Shawnee.

Pour cette nouvelle immersion dans l’univers magnifique de Louise Erdrich, la quatrième de couverture annonce que, dans ce roman, le lecteur «look again [a l’] love [de l’autrice] for the Indian individuals and their traditions». Et la, aucun doute, c’est bien dans cette aventure que nous sommes emportés.

Voilà un monde qui, malgré les vicissitudes, malgré le dénigrement et l’abandon, l’ostracisme et le refus de l’Amérique conquérante de l’admettre en son sein, avec ses particularismes et ses différences, proceed to perpétuer une tradition, des croyances, a psychological universe qui peuvent nous paraître (qui nous sont !) quasi inaccessibles.

Parce qu’ils semblent dépourvus de raison et de cartésianisme. Parce qu’ils ne répondent pas, plus, n’ont jamais répondu, à ces occidental requirements. Parce qu’ils continuent de répondre aux stimuli avec des référentiels décalés qui nous déroutent. Evidently this mise à l’écart is régulièrement traduite par un basculement dans l’alcool, la drug, la violence et que ce cocktail finit toujours par un rejet en marge de notre société prompte à jeter l’opprobre sur ceux à qui on n’a jamais vraiment donné la moindre probability de se qualifier.

Le monde des romans de Louise Erdrich is not pas un monde de « bisounours ». Her characters ont aussi accès aux pires comportements humains (mais on ne peut pas dire que la tradition occidentale soit le monde de l’Amour, de la Raison pure, de la Tolérance et du Partage…).

Lipsha éclaire selected them ainsi: «Quand on lit un truc comme Lyman et moi, qui se serait passé [au temps des anciens grecs], il y en aurait sûrement un qui mourrait ou peut-être les deux. Mais nous, les indiens, nous avons tellement l’habitude des coups tordus intérieurs que nous nous contentons d’en rire». Sans pour autant abdiquer.

Louise Erdrich promène ses personnages dans toutes les rues de leurs contradictions, celles où se mêlent les désirs personnel et l’emprise toujours prégnante du collectif. Ces rues où forces et faiblesses de chacun en font des marionnettes que les évènements mènent par monts et par vaux dans une sorte de tourbillon dont il est bien difficile de sortir unscathed.

Les relações familiales rendues invraisemblably complicatées par des histoires où la ligne droite généalogique n’existe pas sont autant sources de stabilité que de rupture. They resemble s’y méprendre aux liens de féodalité de notre Moyen Âge oubliés depuis longtemps. Aujourd’hui encore mises en avant, les notions de fidélité, de loyauté sont pourtant galvaudées sans vergogne dans des pratiques qui oublient completely la morale derrière laquelle se retranche ensuite celui qui veut justifier ses errements de él!

C’est étonnant de confirmer combien il est toujours et partout aisé de dénier à autrui, ce qu’il ne présente pas de difficulté de s’autoriser.

In regard to les choses par le prisme des regards successifs de ses personnages, Louise Erdrich montre des vérités multiples découlant de l’emprise différente sur chacun de la puissance, de la prégnance de cet environnement culturel qui a, malgré tout, réussi à survivre à la tentative d’acculturation.

Within the interview qu’il m’avait agreed, Craig Johnson m’avait confirmed avoir eu accès à la spiritualité indienne grâce à l’intercession de ses amis autochtones.

Cette spiritualité, j’ai le sentiment de l’avoir frôlée, encore une fois, dans ces pages de Louise Erdrich.

DOSSIER – “Grands romans”, an irreplaceable literature

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *