Skip to content

Black Friday : mieux consommer, «c’est bon pour la planete»… et le porte-monnaie

Ce vendredi, c’est Black Friday, journée de plus en plus décriée. What’s the first council that you simply donnerais pour ne pas être tempté d’y participer?

Le Black Friday a été inventé par les marques pour vendre plus et faire de la consommation un acte autour duquel les gens se rassemblent, en consommant moins cher qu’habituellement. Elles sont très fortes: elles viennent titiller notre besoin d’accumulation, des vêtements à la nourriture, et nous donnent ship d’acheter.

D’abord, il faut se poser la query du vrai besoin, ou ne pas aller dans ces lieux de consommation: je sais que ça va me tempter, même si ce n’est pas en in accordance avec mes valeurs. I’ll inform myself “okay j’achète”, and ensuite rentrer en suing me that I am with you… Le Black friday, c’est pousser les gens à consommer.

Il faut mieux consommer, mais remark ?

En privilegiant les matières premières produites localement, par exemple. Sur les textiles, even when it isn’t evident to the primary abord, the faut is pencher sur les étiquettes and les éco-labels: the natural cotton éco-responsible n’a rien à voir avec celui qui vient de loin et est plein of pesticides. Aussi, il faut être prêt à payer un peu plus cher à l’achat pour les produits fabriqués en France, dans des circumstances de travail éthiques correctes par rapport à ceux fabriqués à l’autre bout de la planète et dans des circumstances terribles. C’est vital pour les impacts écologiques et sociaux des produits qu’on veut consommer, et pour leur durabilité.

However once I’m a pupil, on n’a pas vraiment les moyens…

A jean made in France is 5 fois plus cher than a Primark jean at 15 euros. Mais le jean français n’a pas parcouru des milliers de kilomètres avant d’arriver, n’a pas été fabriqué dans de mauvaises social circumstances, et sera au rendez-vous d’un level de vue de la durabilité. Vous le changez moins souvent! Et ça paye sur le lengthy terme.

Ensuite, sur l’alimentaire, mieux consommer coûte moins cher : il ne faut pas forcément aller dans des supermarchés bio, éthiques et durables ! Idem avec le vrac ! Perso, je n’y vais pas, je n’en ai pas les moyens. Par contre, à Rennes où j’habite, il ya des marchés toutes les semaines, on est en contact direct avec les producteurs et les produits sont bien moins chers. Certes, ça demand a peu plus de temps et d’énergie pour trouver les bons plans.

C’est aussi valable pour les autres produits: vous pouvez acheter dans les friperies ou chez Emmaüs, qui a vrai sens de justice sociale, de redistribution et de valorisation. Le tout avec des prix corrects.

Est-ce toujours attainable ?

No N ! Je suis réalisateur, j’ai eu besoin d’acheter du matériel, dont l’influence n’est pas négligeable. J’ai mis beaucoup de temps à trouver, soit du reconditionné et en seconde primary, soit… du neuf ! Mais je me suis donné à fond et je n’ai pas pu faire autrement. Il ya des produits qui vont coûter trop cher en reconditionné ou fabricé en France plutôt qu’ailleurs et si je n’ai pas les moyens, je me pose la query de mon besoin d’avoir ce produit. Si la réponse est oui, il faut juste settle for cette incoherence.

On doit se fixer des objetifs atteignables en étant consciente du côté sistémique du probleme: mes baskets en plastique de Chine on a concrete influence, avec le pétrole, le transporte vers la boutique, les circumstances de fabricación, and many others. Si je mets toute cette valeur écologique et sociale dans cet objet, il a une grande valeur, en plus de la valeur monétaire: ma notion du produit change et je m’attache au fait de le garder. Sur mon téléphone, que j’ai depuis 5 ans et demi, j’ai changé deux fois la batterie et une fois la carte mère. Deux des réparateurs m’avaient dit qu’il fallait le changer, mais c’est un jeu pour moi et une fierté d’aller jusqu’au bout. S’il lâche, j’aurais tout donné!

Autre query, le voyage… Faut-il arrêter de voyager comme on devrait arrêter d’acheter des marques de fast-fashion ?

Ça demande surtout de revoir completely la notion de voyage comme on revoit son rapport à la consommation. Le voyage est devenu une forme de consommation: j’ai fait ce pays, cette ville, comme si on cochait des instances. Sturdy voyager, ça demand of paradigm changer, automotive 7 days au soleil aux Bahamas, it is going to by no means be a sturdy voyage. Par contre, si j’ai deux mois pour m’y rendre, et que j’y vais en voilier ou en avion mas que j’y reste longempos et que je m’émerveille, c’est autre selected.

Le mot voyage vient du latin through, c’est le chemin, pas la vacation spot. Ça ne veut pas dire ne jamais prendre the airplane, however think about the influence of the choice. Paris- New York, c’est 2 tons de CO2, soit notre conso de l’année, et considerer son influence c’est determiner le besoin ou non de faire ce voyage et ajouter la valeur écologique et humaine à la valeur monétaire.

En gros, on peut être écolo et imparfait ?

oui ! Il faut vraiment démystifier l’engagement écologique. On est écolo à partir du momento où on prend une première mesure, et petit à petit on a meilleur rapport à la consommation et au vivant. Il ne faut pas avoir peur de ses incoherences, juste les réduire au most. On est plein de paradoxes automotive le monde est paradoxal: le Black Friday, comme aller au Maroc en airplane pour 8 euros contratre 50 euros pour un Paris-Rennes en practice, c’est paradoxal !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *