Skip to content

Andor Season 1 a restored ma foi dans Star Wars

Peu de productions de Star Wars arrived with the identical sophistication measured in Andor. Plus political thriller {that a} full motion car, Tony Gilroy’s magnificent televised collection presents a completely mature imaginative and prescient of this galaxy lointaine, très lointaine, primarily based on a dialogue pointu pronounced within the shadows of the wheels by the individuals who respect the 2 coasts of the legislation Certains ont trouvé cette strategy ennuyeuse. I believe you c’était captivant.

Alors, qu’est-ce qui a fait que la saison 1 d’Andor a si bien funcionné? Décomposons-le.

Des personnages soigneusement developpés

Andor concentrates on many desirable intrigues, crammed with distinctive characters who cope with their issues. Cassian (Diego Luna) is a vagabond / escroc who passes his journeys à faire des petits boulots pour survivre assez longtemps pour retrouver sa sœur de él. Mon Mothma (Genevieve O’Reilly) is a senatrice who adapts to the ruler of Emperor Palpatine. Elle meets the hors-la-loi like Luthen Rael (Stellan Skarsgård), dont les ambitions rebelles de rétablir l’ordre dans la galaxie necessitent souvent de faire des choix difficiles et de sauter tête la premiere dans les ténèbres. The peripheral characters comparable to Bix (Adria Arjona), Maarva Andor (Fiona Shaw), Vel Sartha (Faye Marsay), Cinta Kaz (Varada Sethu), Kino Loy (Andy Serkis) and Noticed Gerrera (a retour Forest Whitaker), are ancrés Dans des sous-parcelles uniques which enhance encore the stress.

Gilroy également également un assortiment distinctive de méchants réalistes dont les actions découlent de la préservation personnelle plutôt que du mal virevoltant de la mustache. Le lieutenant du Bureau de la securité impériale Dedra Meero (une formidable Denise Gough) saute sur l’event d’améliorer sa place de ella au sein de l’Empire galactica; Syril Karn (Kyle Soller) cherche à modifier sa réputation de él; Le mayor Partagaz (Anton Lesser) is a realistic chief who learns to work au sérieux. The scenes involving the ISB are mounted with precision and interesting toujours, simply as les characters crient pour la plupart une exposition sèche.

Gilroy activates the temps of developer chaque character et scénario afin that we nous nous in options when the motion enters jeu, ce qui va à l’encontre des finest efforts of Star Wars just like the bâclé Obi-Wan Kenobi et le maladroit Guide of Boba -Fett.

De plus, Andor ne s’appuie pas sur la nostalgie ou les camées pour maintenir nos intérêts à afloat. Il ya una scène remarquable où les méchants fixent un groupe de protesters lors d’un burial. J’ai continued to attend qu’un cien personage apparaisse et vole la vedette à la distribution principale d’Andor. Il n’arrive jamais. Dieu merci. Nous n’avons pas besoin de Han Solo pour savier la situación, automobile les personnages d’Andor sont assez forts pour porter le spectacle sur leurs épaules robustes.

Andor presente de vraies personnes avec de vraies émotions, de vrais problèmes et une vraie croissance. Enfer, meme les droïdes ont de la profondeur. It is nice.

Motion qui compte

When Andor enters into motion, the sequences are temporary and properly executed. Episode 11 discovered Luther dealing with an imperial cruiser. Plutôt, who d’eliminer joins an enormous military of cravate chasers or stellar destroyers, il seizes the calculated choices qui lui permettent de s’échapper de manière believable – cela aide d’avoir des faisceaux laser friggin ‘attachés à l’avion.

La majeure partie du spectacle ne reposes pas sur des CGI maladroits ou sur des héros et des méchants maîtrisés. Personne ne dépasse ses capacités de él – c’est comme si les cénaristes s’asseyaient et établissaient des règles à respecter pour les épisodes, ce qui maintient l’motion ancrée et captivante.

Encore plus spectacular is the cinematography, which corresponds to the identical aesthetic seen in Rogue One: A Star Wars Story. Plus que toute autre série Disney + Star Wars, Andor resemble à un movie massif et non à une série originale de chaine Sci-Fi. C’est fou ce qui se passe when on fait appel à une equipe de manufacturing qui se soucie du matériel et qui a le expertise pour lui donner vie.

A charming intrigue

As I discussed ci-dessus, les différents fils de l’histoire woven by way of Andor sont all captivants en eux-mêmes.

Cela mentioned, Cassian’s intrigue is essentially the most dependable of the strong listing of characters. Cela a principalement à voir avec le personnage, qui tombe trop souvent à l’envers dans chaque chapitre. L’histoire de Syril Karn meanders equally. I discovered that my consideration diminuait à chaque fois que nous le passions avec sa mère de él (Kathryn Hunter) en practice de discusser pendant le petit-déjeuner.

Peu matter. Les intrigues plus petites entourant Luthen, Mon Mothma, Maarva et Dera are suffisammently nettes to retain our regard, although the episodes dépassent la barre des 45 minutes.

Les nombreux rebondissements étaient également surprenants, en particulier celui impliquant un officier du BSI ayant des liens avec Luthen et sa rébellion. Ici, nous avons un spectacle dans lequel chaque décision prize par nos personnages courageux a des conséquences; chaque motion about it à une contre-action.

Bien trop souvent, les émissions de télévision s’appuient sur des intrigues artificielles et un spectacle exagéré pour que les telespectateurs restent investis chaque semaine. Andor opte for quelque selected de plus profond et finit par donner plus de poids à la rébellion vue dans Un nouvel espoir. Think about a prequel collection that will increase our appreciation for the OG trilogy. Tout ce qu’il faut, c’est un peu d’amour et d’consideration, Disney.

Denières pensées

J’think about qu’il faudra du temps à la communauté Star Wars pour embrasser pleinement Andor. Remontant aux terribles préquelles de George Lucas, la saga Star Wars a poussé le public à accepter des actions éclatantes sur des intrigues et des personages bien developpés. Qui a besoin de héros et de méchants complexes when you may see a CGI Yoda return as a tazmanian satan? Qui a besoin d’un scénario nuance remplí d’émotion et d’intrigue quand un camée Luke Skywalker au bon momento peut lier tous les fils lâches? Qui a besoin d’une bonne écriture, d’un jeu d’acteur ou d’un développement de characternage when nous pouvons faire emerge soudainement tante Beru en tant que héros d’motion?

Personnellement, Andor est le Star Wars que j’ai toujours voulu – a charming saga, axée sur les personnages, ponctuée d’motion intense et d’effets robustes. Si j’étais Disney, j’envisagerais de donner à Tony Gilroy les clés du royaume.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *