Skip to content

Towards the bullfight, the deputy of Agen-Nérac voted towards the interdiction

The ban on the bullfight is underneath dialogue on the Nationwide Meeting. Les avis sont… tranchés. Comme le chantent les opposants aux traditions taurines: “Est-ce que ce monde est sérieux?”

On November 24, the Assemblée nationale pronounces itself pour ou contre la corrida. Une proposition de loi est en effet mise en débat, visant à abolir cette pratique sur tout le territoire, texte déposé par la Nupes.

La proposition, qui remet ce sujet controversé sur la desk, cree des “fractures” au sein même des groupes parlementaires. La droite compte des pour et des contre, et à gauche pour sure députés communistes (ceux de Nîmes par exemple) l’abolition demandée par la Nupes est rejetée. Chez Renaissance (majorité parlementaire) les avis sont également partagés, voire déroutants: ainsi, the d’éputé d’Agen-Nérac Michel Lauzanna considers that the bullfight is “barbarous”, however for autant il ne votera pas son abolition.

“Trop, c’est trop”

“La corrida, moi je n’aime pas cela. Oui aux programs landaises, comme cela se fait à Nérac, automobile on y respecte la bête. Mais la mise à mort, je dis non. Et il faut la dénoncer. D’ailleurs j’ai l’impression qu’elle est en parte de vitesse cette corrida, que c’est d’un autre temps, et qu’elle mourra de sa belle mort. Donc je suis contre, seulement j’en ai marre qu’ on interdise tout, à tout bout de champ. [NDLR : député déposant la proposition de loi d’abolition] c’est un extremiste, qui veut imposer sa imaginative and prescient de la société. Mais là, trop c’est trop.”

Contemplating that “d’autres sujets préoccupent presently les Français”, the deputy of Lot-et-Garonne n’oublie pas qu’il s’est engagé, lors de la précédente législature, sur le bien-être animal ; alors “oui pour dénoncer la corrida, oui pour l’interdire aux plus jeunes enfants, mais non à l’interdiction intégriste. Par ailleurs, dans ce texte que je ne voterai pas, on met l’homme et l’animal à égalité. Désolé mais je suis un humaniste, et je mets l’homme à un l’autre niveau que l’animal…”

Gelez the novice

François Gelez, qui match les beaux jours du Sporting et arouse jadis l’enthousiasme à Armandie, est pasionné par la corrida. Il refuse qu’on y touche, mais admet que l’on puisse ne pas l’aimer. Et pour lui aussi, l’homme et l’animal ne sont pas égaux. “Je suis Landais, mon père s’occupait des arenes d’Aire-sur-l’Adour, et j’ai passedé ma jeunesse entre les terrains de rugby et ces arenes. J’ai été baigné dans cette tradition, et je suis novice. Madrid, Barcelona, ​​Nîmes, Béziers, Arles, but additionally Vic, Tyrose, and so on., je suivais les seasons de corrida, et je reste passionné.”

The present debate l’irrite drive: “Je tremble un peu, j’ai peur qu’on ampute une partie de ma vie. Et puis j’entends des fadaises. On beaucoup perceive les arguments de ceux qui ne connaissent pas la corrida, mais nos factors de vue semblent inaudibles. Maintenant, moi je ne cherche à convaincre personne. Je respecte ceux qui n’aiment pas la corrida. Dans ma famille, nous ne sommes pas tous d’accord, mais moi je ne jette pas l’ anathème…”

“A loyal fight”

For François Gelez, “la corrida est une œuvre d’artwork jouée en direct, où l’on ne vient pas voir un toro mourir, mais un toro combattre. Est certes pas un fight égal, mais il reste loyal. Ce fight est limité dans le temps, et le triomphe maximal c’est lorsque le bull est grace. Moi, je n’ai no attraction pour la mort. Le bull est courageous et noble.”

L’ancien joueur (qui entraîne désormais) voit aussi dans this proposition d’interdire la corrida une attaque con la tradition du Sud-Ouest. Mais que pense-t-il de cette chanson d’un autre grand defender des terres du Sud, Francis Cabrel, qui pourfendait la corrida dans sa fameuse chanson “Est-ce que ce monde est sérieux?” [NDLR : “Je les entends rire comme je râle et je les vois/Danser comme je succombe/Je pensais pas qu’on puisse autant/S’amuser autour d’une tombe”] : “J’aime Francis Cabrel, mais pas this chanson. Je ne suis pas un barbare, j’ai des animaux de compagnie. Mais l’animal n’est pas un homme. Ma tradition, ce n’est pas celle dépeinte par Disney…”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *